Saviez-vous que les moustiques ne sont pas les seuls insectes volants susceptibles de piquer votre chien et de lui transmettre des maladies ? Il existe en effet une autre espèce d’insecte, que l’on appelle le phlébotome, responsable de la transmission d’une maladie grave chez le chien : la leishmaniose. Heureusement, des moyens de prévention existent pour éviter de faire courir ce risque à votre compagnon. Qu’est-ce qu’un phlébotome ? Quels sont les risques associés à une piqûre de phlébotome ? Voici les questions auxquelles notre vétérinaire va tâcher de répondre dans cet article.

Qu’est-ce qu’un phlébotome ?



Le phlébotome est un petit moucheron piqueur, hématophage, dont la morphologie est très similaire à celle des moustiques. Les phlébotomes sont actifs le soir, particulièrement au crépuscule. Ils apprécient les zones rurales rocailleuses plutôt sèches (exemple : murs de pierre sèches des anciennes maisons dans le Sud-Est de la France).

On les retrouve essentiellement au niveau du pourtour méditerranéen. Néanmoins, avec la hausse des températures observées ces dernières années, leur zone de présence sur le territoire français a tendance à s’étendre (vallée du Rhône, vallée du Lot), les conditions de vie étant désormais favorables à leur développement. Les phlébotomes sont actifs d’Avril à Octobre, parfois même dès le mois de Mars.

A l’instar des moustiques, c’est toujours le phlébotome femelle qui va piquer votre animal pour réaliser un repas sanguin dont elle a besoin pour assurer sa fonction de reproduction. Les mâles ne disposent pas des pièces buccales indispensables à la piqûre.

L'espérance de vie des phlébotomes adultes oscille entre 2 semaines et 2 mois. Les femelles pondent leurs œufs dans des zones très humides comme des gouttières par exemple. Le développement de l'œuf en adulte se déroule en 4 à 7 semaines.

Quels sont les risques pour mon chien après une piqûre de phlébotome ?



Les risques associés à une piqûre de phlébotomes sont de deux types :

  • Elles peuvent provoquer une réaction cutanée immédiate ou décalée dans le temps, se traduisant par l’apparition de papules de quelques millimètres sur la peau de l’animal. Ces lésions disparaîtront en quelques jours sans prise en charge particulière. Des démangeaisons importantes et des surinfections bactériennes peuvent être observées. Les zones privilégiées par les phlébotomes pour piquer l’animal sont les zones sans poil comme le museau, le pourtour des yeux et le bord libre du pavillon externe de l’oreille.
  • Les phlébotomes ont un également un rôle pathogène indirect très important puisqu’ils sont vecteurs de la leishmaniose chez le chien. Il s’agit d’une maladie parasitaire sanguine liée à la transmission d'un protozoaire parasite : Leishmania infantum . La leishmaniose est une maladie grave, dont la prise en charge médicale permet de soutenir les fonctions vitales de l’animal mais que l’on ne peut jamais guérir complètement. Par ailleurs, il s’agit d’une zoonose, c’est-à-dire que c’est une maladie transmissible à l’Homme. Pour en savoir plus sur la leishmaniose, vous pouvez consulter cet article qui y est consacré : « La leishmaniose : cause, symptômes et traitement ».

Vous avez un doute sur le type d’antiparasitaire à adopter ?

échangez avec un vétérinaire rapidement

  • Par écrit
  • De vive voix
  • En vidéo
Parler à un vétérinaire

Comment protéger efficacement mon chien contre les phlébotomes ?



La prévention médicale dans les zones à risque repose sur deux axes complémentaires :

  • Limiter les risques de contact de votre animal avec des phlébotomes,
  • Vacciner son animal contre la leishmaniose.

Limiter les contacts



Pour lutter préventivement contre la leishmaniose, il est fortement indiqué d’utiliser des agents répulsifs (à base de plantes) et/ou insecticides sur votre chien. Ceux-ci doivent être mis en place régulièrement si vous êtes en zone à risque ou ponctuellement lorsque vous planifiez d’y séjourner. Il en existe sous de multiples présentations : en spray, en pipettes, en colliers

Il est recommandé de protéger votre animal pendant toute la saison d'activité des phlébotomes, soit de début avril à fin octobre. Votre vétérinaire sera votre meilleur interlocuteur pour trouver la solution la plus adaptée à votre chien en fonction de son âge, de son mode de vie et du risque d'exposition.

Nos meilleurs produits anti-phlébotomes pour chien

Il est également possible de pulvériser un produit répulsif dans la maison, aux endroits où vit votre chien. Enfin, on peut aussi disposer un ventilateur près du lieu de couchage de son animal. Les phlébotomes étant de très légers insectes ils peuvent être déplacés par un simple courant d’air, l’empêchant ainsi d’approcher votre chien.

Il est également recommandé, pour réduire les risques de piqûre de phlébotomes, d’adopter les bonnes pratiques suivantes :

  • Ne pas promener son chien dans des zones où la présence de phlébotomes est probable, c’est-à-dire autour de murs en pierre sèche ou encore dans des endroits humides et abrités (les larves de phlébotomes y sont souvent présentes en grand nombre),
  • Rentrer votre animal dans la maison aux périodes d'activité des phlébotomes, c'est-à-dire du crépuscule jusqu'à l’aube,
  • Essayer de limiter la présence de phlébotomes dans votre habitation en fermant les fenêtres la nuit ou en installant des moustiquaires.

Vacciner son animal contre la leishmaniose



Il existe un unique vaccin contre la leishmaniose disponible en France à ce jour. Avant d’envisager une vaccination, votre compagnon doit être testé afin de s'assurer qu'il n'est pas déjà porteur de la maladie. Si le test est négatif, la vaccination se réalise en trois injections à deux semaines d'intervalle puis une injection de rappel tous les ans.

L’objectif de cette vaccination est de diminuer les risques de développer la maladie. Cependant, elle ne permet pas de s’affranchir des précautions citées plus haut pour limiter les contacts avec les phlébotomes (traitements insecticides, bonnes pratiques…).

Si vous souhaitez savoir si vous devez vacciner votre compagnon, demandez conseil auprès de votre vétérinaire qui évaluera avec vous les risques de contamination. Chaque décision de vaccination doit être prise au cas par cas.